Alcool et Surpoids : comment et pourquoi ?

Alcool et Surpoids : comment et pourquoi ?

Infos et explications sur le lien entre alcool et prise de poids

 

1. Méconnaissance

Des experts en santé publique réclament des étiquettes affichant l’apport énergétique des boissons alcoolisées, pour lutter contre le surpoids.

Il n’est pas nécessaire d’être un expert en diététique pour savoir qu’il vaut mieux éviter le sucre et le gras lorsque l’on surveille son poids. Réduire sa consommation d’alcool est, en revanche, un réflexe moins courant. Pourtant, les apports en calories d’un verre de vin ou d’une bière sont loin d’être négligeables. Un gramme d’alcool pur contient 7 calories, soit presque autant que le beurre (7,6)! Au point qu’au Royaume-Uni, où surpoids et obésité concernent deux adultes sur trois, la Société royale de santé publique (RSPH) vient d’interpeller les autorités européennes pour réclamer que l’étiquetage nutritionnel devienne obligatoire sur les bouteilles d’alcool, à l’instar de ce qui se fait pour de nombreux aliments industriels.

Cette publication vise à faire pression sur la Commission européenne, le nouveau commissaire à la Santé Vytenis Andrutakitis s’étant engagé à se positionner sur l’étiquetage nutritionnel de l’alcool avant fin décembre […]

Contrairement aux idées reçues, le risque de surpoids est supérieur chez les personnes qui boivent beaucoup certains jours (binge drinking = alcool bu en grande quantité lors de fêtes, du week-end ..etc), par rapport à celles qui boivent régulièrement mais en moins grande quantité.

Un sondage commandé par la RSPH, réalisé auprès de 2117 personnes, montre que plus deux tiers des Britanniques sont favorables à l’étiquetage nutritionnel des bouteilles, et que seulement 3% s’y opposent. Par ailleurs, 9 adultes sur 10 évaluent mal les calories contenues dans une pinte de bière. Une expérience a montré que lorsqu’ils sont informés sur ce que leur apporte un verre d’alcool, les gens consomment jusqu’à 400 calories en moins en une soirée.

En France, le site du Programme national nutrition santé (PNNS) ne fait allusion qu’aux dangers de l’alcool pour la santé et pas à son impact sur la prise de poids. «Au-delà de 2 verres de vin par jour pour les femmes (soit 2 demis de bières ou 6 cl d’alcool fort) et de 3 verres de vin pour les hommes, l’alcool augmente particulièrement les risques de développer certains cancers (foie, voies aéro-digestives, sein), cirrhose et maladies cardio-vasculaires. Bière, vin, alcool fort, prémix… Tout compte!», peut-on lire sur le site.

 

2. L’alcool et la santé :

Boire un verre de vin rouge par jour peut jouer un rôle de protection vasculaire grâce aux tanins  que cette boisson contient ( au même titre que les fruits et légumes de couleur rouge / violet)  qui favoriseraient ce que l’on appelle le « bon cholestérol » (taux de HDL).  Outre ce facteur lié à l’origine végétale de cette boisson, l’alcool ne contient rien de bénéfique pour la santé.

En effet, une fois ingéré , le foie devra transformer  l’alcool en diverses substances qui concourent à la formation d’acides gras ( constituant de base des graisses )D’autres part, l’utilisation des graisses de réserve comme source d’énergie est ralentie.

3. Alcool et alimentation:

Lorsque l’on boit, le corps perd certains repères. Parmi eux, la satiété. La consommation d’alcool influe sur l’appétit. En d’autres termes, nous mangeons plus, voire beaucoup plus, lorsque nous buvons. L’alcool ouvre l’appétit. Nous le sentons notamment lors d’un apéritif : malgré les calories de la boisson, nous pouvons ingurgiter de grandes quantités de gâteaux salés et chips en tout genre.

De même, lors d’un repas, le fait de boire une boisson alcoolisée permet à l’organisme de manger beaucoup plus que nous ne le ferions si nous ne buvions que de l’eau. L’hypothalamus, cette glande du cerveau qui régule les hormones et agit sur la régulation de l’appétit, est chamboulée par la présence d’alcool. « Il est très difficile d’arrêter de manger lorsque l’on a commencé à boire », explique le professeur Seeley, psychiatre américain.

4. Quelques repères pour une meilleure hygiène de vie

Quelles quantités et à quelle fréquence peut-on boire de l’alcool pour ne pas prendre trop de poids ? Si vous êtes en surpoids, le mieux est d’arrêter totalement la consommation d’alcool. Cela permettra à votre corps de brûler plus efficacement les calories qu’il ne le fait en présence d’alcool. D’autre part, l’alcool déshydrate l’organisme et ce dernier a alors tendance à faire de la rétention d’eau pour compenser.

Sans alcool, vous mangerez moins car votre appétit sera mieux régulé. Enfin, en éliminant le moment « apéritif », vous éviterez les biscuits gras et salés. Si vous y êtes contraints par une invitation, optez pour un jus de légumes par exemple (tomates, carottes etc.) et des crudités à croquer , des verrines ou des bouchées mêlant protéines et légumes ou fruit ( fromage frais/concombre, tomates/thon,  jambon/melon, saumon/endives..etc),. Et n’oubliez pas de pratiquer une activité sportive régulière.

5. L’alcool en chiffres

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), une consommation raisonnable correspond à quatorze verres maximum de boissons alcoolisées par semaine pour les femmes (deux verres par jour) et vingt-et-un pour les hommes, ce qui équivaut à trois verres par jour. Pour maigrir rapidement, supprimez-les totalement !

Côté calories, un verre de vin rouge équivaut à un apport de 100 kcal. Un verre de champagne apporte 120 kcal. Même apport pour une dose de rhum de 2,5 cl. Un verre de 15 cl de Vodka/coca entraîne un apport de 122 kcal. Une bouteille de 25 cl de bière blonde apporte 140 kcal. Le record est détenu par le whisky, un verre compte 380 kcal.

 

 

Sources et extraits :
Maylis Choné sur http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers
Pauline Fréour sur http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/11/03/23001-surpoids-calories-lalcool-dans-collimateur

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *